Créer un site internet

L'effroyable bilan 2020

Un come-back peut en cacher un autre...

20/01/2021

Ceci est la publication qui a valu la suspension totale provisoire du fil sur Funny-Stadium (qui n'a de funny que le nom depuis bien longtemps). C'est dire la dimension subversive de ce billet.
Ainsi face aux compulsions coercitives des modérateurs je-suis-charlistes à tendance schizophrène, nous migrons de nouveau la narration de l'Olympique de Marcel sur ce blog "de secours".
Ce qui n'est pas plus mal car nous n'aurons désormais plus à nous auto-censurer en périphrases et autres contorsions métaphoriques. Et merde au politiquement correct ! ! !

Bienvenue à nouveau et bonne lecture ! :)

BABY COME BACK !

Quoi de mieux que de renouer avec la victoire pour démarrer 2021 en fanfare ? Après une année 2020 qui n'aura rien changé au palmarès de l'OM, les hommes en blanc mettent un terme à six saisons de disette en remportant le championnat de première division avec une nette avance sur les Dragons Montois. Treize mois sans titre, pour le club aux sept Ligues des Champions, ce n'était pas arrivé depuis 2016 et les débuts en V7. Du côté de Marcel Boulet on savoure ; d'autant qu'une génération prometteuse est au rendez-vous.

Récit d'un an d'amertume qui avait pourtant commencé très fort.

 

2020, ANNÉE NOIRE ET SAISONS BLANCHES

En effet, c'est fort de deux sacres consécutifs en Ligue des Champions que l'Olympique de Marcel achève 2019. En pleine confiance, les coéquipiers de Thierry Henry de Lesquen, leaders de Confédération 6, se présentent pour la quatrième fois consécutive en World Cup avec de bonnes ambitions. Une phase de groupe indécise sourit finalement aux olympiens face à Munegu à la veille de Noël. Une composition risquée mais payante, et c'est le début d'une belle aventure sur la scène mondiale. Dans un style très offensif, Marcel ne se laissera jamais surprendre et aura réussi sa mission : atteindre la finale.

C'est encore avec quatre attaquants que l'OM choisit d'affronter l'ES Bulloyd, et c'est encore une réussite pour ce match d'anthologie.

Pour finir, c'est une double épopée qui se dessine. En Ligue des Champions, après une phase de poule bien gérée, Marcel parvient à sortir de la compétition 101|133 puis les écossais de Neogwen. Moments historiques en perspective.

Immenses regrets malheureusement quelques jours plus tard. Une retouche tactique moyennement nécessaire et c'est l'échec, pourtant bien parti en alignat ses quatre attaquants qui ont fait tout le style de cet OM version janvier 2020.

DelPiero San Giorgio légèrement en retrait, Marcel aura su se relever d'un but trop tôt concédé, Henry de Lesquen égalisant au retour des vestiaires, avant de craquer à un quart d'heure de la fin sans pouvoir revenir.

C'est donc le moral affaibli que les olympiens atteigent leur troisième finale confédérale consécutive. La réussite n'y est hélas pas au rendez-vous non plus. Et le score très flatteur pour le vainqueur.

Ainsi s'achève ce temps fort de l'histoire du club. Probablement une des meilleures équipes, avec celle de l'été 2016 qui pourtant manqua aussi ses deux grands rendez-vous, en demi-finale de World Cup ainsi qu'en finale de Ligue des Champions... il faut croire que l'entraîneur préfère l'adversité !
 

Traversée du désert avec auto-attestation pour aller pisser

Ah, ces chinois... C'est en attendant la finalisation de la grande réforme économique mondiale que nous voyons l'Empire du Milieu sombrer dans la République de la Plume dans l'cul. Bon, on va dire qu'ils ont l'habitude, eux. Mais quand même... Enfin, le plus terrible, c'est la rumeur. Ça a commencé en Italie, je crois. Il paraît que des gens tombaient comme des mouches. On nous les a bien fait voir, les gens qui chialaient. D'habitude, non, mais là, oui. Et les gens qui chialent, ma parole... pour faire hurler les rombières y a pas mieux. Un vrai spectacle ! La Plume dans l'cul a logiquement contaminé les ritals, et trois semaines après ce fut chez nous. La plupart des quelconques ont même ostensiblement ouvert leurs fesses que c'en était génant. Faut dire, on a été pris de court. Faut pas nous faire des trucs comme ça, à nous.

Pendant quelques jours, ça a été pénible - en fait, c'est surtout l'incertitude qui inquiète. Mais une fois qu'on est absolument sûr et certain d'être en train de se faire carotter comme pas deux, alors ça va tout de suite mieux. On se sent d'attaque. Les envies de Staline retombent, apaisées par le réel. D'autant que chez Raoult, tout ça a très vite commencé à sentir très très fort la meyrde.

C'est ainsi qu'il ne se passa pas grand-chose...


 

- Klaus Schlag, bonjour.

- Bitten Tag, Herr Marzel !


Contrairement à ce que tout le monde croit, Klaus Schlag n'est pas du tout un sale juif

- Alors, en fait, peu de gens vous connaissent. Et pourtant : vous êtes ce qu'on appelle... une grosse bite.

- Tout à fait, Thierry. Che zuis une krosse bitte tu forom de Davos. Che bande plusieurs millions de tollards et chorganize la coordinazion de la vie économique montiale. C'est-à-dire que che veille à endretenir le tialogue entre les grosses bittes tu monte de la finanze, tu monte industriel et tu monte militaire. C'est très important te bien z'entendre afin de poufoir continuer à enkuler la planète en toute trankillité. Mais attenzion... sa demante beaucoup de travail ! AR-BEIT ! ! !

- On imagine. Ça a du branler sévère en 2020 :

A l'heure des taux négatifs, qui plus est. Joli boulot, tête de gland circoncis. Mais quel est ton secret ?

- On a pien boszé, oui. Une oeufre t'art, je dirais. Eh bien, fous savez, il faut safoir saisir les opportunités lorzqu'elles se présentent à fous. Et pour nous, les teubés, tout est opportunité à enkuler. Un tremplement de terre, un afion qui s'écrasse, un chefal qui pète... (et pis meyrde, c'est chiant à transcrire, l'accent bavarois...). A la longue, c'est comme un sixième sens. Alors forcément, un méga deal international qui brasse des milliers de milliards de dollards dans tous les domaines tout en mettant au garde-à-vous la population mondiale, et permettant le déploiement furtif intégral de notre savoir-faire technologique... On peut pas rêver mieux. Pour répondre à votre question, il y a le talent, la réussite, mais c'est avant tout un travail d'équipe. Et moi, vous savez, je ne suis qu'un des membres de la Famille... La grande famille des enkuleurs du désert de la Terre Promise.

- Du flair, peut-être, mais l'aptitude première d'un kiki n'est pas vraiment l'odorat. Avouez-le, vous l'attendiez depuis un moment, cette plandémie. Déjà en 2010 la fondation Rockeckette avait livré ses consignes à la banque de sperme.

- Eh, il faut bien donner un coup de bitte au destin de temps en temps ! Comme disait ma grand-mère juive - pépé a son âme - qui a beaucoup souffert - pléonasme - "aide-toi et le ciel te filera un p'tit billet !" Le p'tit billet, voilà ce pourquoi nous travaillons sans relâche depuis des siècles et des siècles, nous, les Schlag. Le p'tit billet, ma petite entreprise, qui fait que je me dresse, qui fait que je bosse, le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi... de l'aube à l'aube... et les vacances : abstinence !

- Vous avez survécu au Rhume-19 qui a quand même exterminé à peu près 0.02% de la population. C'est fort !

- Oui mais attention, j'ai été malade asymptomatique ! J'ai pas toussé ma race mais j'étais quand même malade et j'ai potentiellement failli mourir ! Hahaha ! Et j'espère que vous avez apprécié, mon ami. Des rhumes, je t'en sors treize à la douzaine ! Des petits, des gros, des chinois, des anglais, des indiens, des rouges, des jaunes... des gentils, des méchants... enfin, surout des méchants... et tu vas faire mourir ta grand-mère si tu mets pas ta plume dans l'cul ! Parce que des rhumes, y en a PARTOUT !

- Marcel aussi a survécu contre toute attente. En pleine forme aux beaux jours, l'OM domine le championnat et la Ligue des Champions à l'été 2020, en éliminant Milan et 101|133 avant d'affronter les Dragons Montois en finale. Mais la réussite tourne vite, et n'est plus au rendez-vous quand il l'aurait fallu. L'OM échoue inexpliquablement en déplacement face au Stade Breizhou, et perd ainsi un titre qui lui tendait les bras. La finale confédérale ne sourit pas non plus aux olympiens malgré un parcours de référence.

- Alors Monsieur Schlag, si vous le voulez bien, voici l'heure de la Vérité vraie. Plandémie de Rhume-19 : faux canular ou vraie enkulerie ?

- Hum, voyez-vous, je ne serais pas aussi manichéen. Qu'est-ce que le vrai, qu'est-ce que le faux ? Comme toute chose en ce bas monde : une marchandise, n'est-ce pas ? Et qu'est-ce qu'une marchandise ? Un contenu qui s'achète, qui se vend, qui s'achète, qui se vend, qui s'achète, qui se vend... Nos différents partenaires sont impliqués dans tous les domaines, vous le savez. Les agences de presse font partie du business, mais aussi le commerce d'armes, de substances pharmaco-chimiques, des énergies, des télécommunications... Les circonstances ont fait que nous avons accordé plus de valeurs à certains faits plutôt qu'à d'autres. Mais en réalité, c'est ce que nous faisons depuis toujours. Si vous voulez tirer profit d'une situation, vous devez faire converger tous les éléments en votre faveur... Mmmmm.... vous connaissez le GIEC ?

- Bien sûr, les fabriquants de statistiques climatiques.

- Exactement ! Eh bien que croyez-vous que fait le GIEC depuis 30 ans ? Ils inventent des corrélations numériques pour supporter notre discours expliquant pourquoi nous allons confisquer les énergies fossiles et interdire la viande. Et nous les payons cher, très cher, pour ça, c'est un investissement de longue haleine. Nous aimons la science, la science est un formidable outil, car elle est l'autorité sans la menace. Parfois hélas, ça ne suffit pas et il faut donner dans le show-business... Tiens, ça me rappelle l'autre grande queue, là, le politicien américain, comment c'est déjà..

- Al Gode !

- Voilà, c'est ça ! Rendez-vous compte, ce godemichet s'est non seulement fait attribué le Prix Nobel de la Paix, mais après avoir pondu un film comique sur le réchauffement climatique intitulé : une Vérité qui dérange ! .... Ah ah ah aha ah ha !!!! ... C'est énorme ! ... Pas "la vérité si je mens" ! Non ! Pas "la Vérité la tête à tata Rachel" ! Non non non : une Vérité qui dérange ! Hahahah hahah haahah !!! Mazel tov le type reçoit un Nobel après ça ! ... Bon en même temps, les Nobel, c'est nous qui les décernons... On travaille mais a le droit de rigoler quand même ! Enfin, aujourd'hui la petite Greta Gogole est quand même plus convaincante que cette asperge...


La femme-patate plus convaincante que l'homme-asperge

- Hmm, très drôle. Parlons avenir : à la lecture de ton dernier ouvrage, The Great Keket, ce n'est pas seulement un projet de sodomie mondiale que tu souhaites transmettre à ceux qui savent encore lire. C'est aussi une lueur d'espoir.

- Une lueur d'espoir, ya... Et vous savez, c'est pas facile de ruiner les gens sans qu'ils s'en aperçoivent, en restant verge de tout soupçon... C'est pas facile de ne pas dire ce qu'on a sur le coeur. Bien des gens ne sont plus économiquement viables. Ils sont non essentiels et il faut s'en débarrasser. Surtout en Occident, les blancs arrogants, prétentieux et jamais contents, c'est insupportable. Nous avons besoin de docilité pour une pénétration sans accrocs. En somme, nous avons besoin de robots, de nègres, de femmes et de niakoués. Un jour, un homme a dit, "la femme est l'avenir de l'homme". Ce à quoi je tiens à rectifier : Kamala Harris est l'avenir de l'homme. :rofl:

- Une vision du Great Keket qui sort de l'ordinaire.

- Oh, il y a mille façons de voir les choses, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Mais je suis assez friand des analyses raciales, qui vous sont défendues, vous les goys, et dont votre esprit a été atrophié par nos soins. Vous avez du le remarquer ces derniers temps, sortez dans la rue (si on vous l'y autorise), observez : qui sont en moyenne les plus prompts à exécuter les règlements disciplinaires que nous avons pensé pour vous ? Les femmes, les nègres et les niakoués. Nous aimons les nègres car ils sont moyennement débiles, n'ont pas d'histoire et acceptent de basses besognes payées une misère. C'est pourquoi nous avons financé Black Lives Matter et que nous finançons la négritude du continent européen. Nous aimons les femmes car elles sont faibles, conformistes, émotives, superficielles et bavardes. C'est pourquoi nous finançons le féminisme et les travelos. Et nous aimons les niakoués car ils sont des êtres de soumission incapables de créativité. Quant aux arabes... leur explosivité naturelle nous est encore utile pour quelques temps.

- Une sorte d'eugénisme à l'envers, en somme.

- Why not, il faut bien faire le ménage. Prenez Bitte Gates, le fameux Bitte Gates. Bon. Ce gland possède a peu près tout. Genre, tout. Tout, c'est sa chose. L'OMS, l'université, les médias, 600 000 hectares de terres cultivables... Est-ce que le gars va s'emmerder avec des milliards de crevards jaloux jamais contents, qui seront encore plus jaloux et jamais contents quand ils se rendront compte que tout appartient à Bitte Gates et qu'eux aussi ils appartiennent à Bitte Gates depuis qu'ils ont été vacciné par Micropenis ? Enfin, je vous rassure, vous, les footeux, on vous garde. On a besoin de vous, pour divertir les nègres ... enfin, si vous consentez à être piqués, bien entendu.


Pikouze is coming...

- Alors justement, Bitte Gates est très impliqué dans le domaine des vaccins. Logique quand on vient de l'informatique.

- Il fait tourner le business, c'est vrai.

- Mais pourquoi, au fait ? Pourquoi ? Pourquoi la plandémie ? Pourquoi nous empêcher de vivre ? Pourquoi tout ça ?

- Parce que l'heure est venue. Après des siècles et des siècles de guerres, de conquêtes, de luttes et de colonisations, le temps est venu d'accomplir notre ultime défi, de livrer notre combat final : abolir la seule chose au monde qui peut être gratuite et sincère, abolir l'âme humaine, abolir l'amour, exterminer tout ce qui échappe au marché, tout ce qui échappe à notre contrôle. Et face à cet ennemi, nous serons intraitables !

- Eh bien, vous êtes un bel enfoiré !

- Je n'irai pas jusque-là...

- Ah, mais c'est à vous de nous le dire ! Dites-le : "je suis un bel enfoiré".

- Un peu de tenue...

- Mais si, mais si, dites-le, ça fera des vues sur Youporn !

- ... mmm ... hhhhh ... lâchez mes burnes, nom de Thhtschhh ... chhhh... jj.. che suis un pel enfoiré .. ?

- Voilà !

- Hhhhh, hhhh... Mais croyez-moi... hhhh ...  il n'y en a pas tant qui osent le dire, croyez-moi...

- Ouais c'est ça, ouais... tiens, tu la connaît, celle-là ... hop !... HOP !... CHABITTE ! ! !

- Aaaaaïyyyyyyyyyyeu ! .... schaïsse ... ... archh !... Il a brisé ma capote !!! Terroriste sanitaire ! Antisébite ! ***

- .... hé ! ... hé mais il me pisse dessus l'enfoiré ! ... rhaa..

- Gnéhéhéhhéhéhéhé ... Allez, che fous laisse. Il est temps t'aller atmirer la réussite de notre coup d'État aux United States. Joe Bitten, première momie intronisée comme un dictateur, sous le regard de 30000 militaires, en ayant bourré les urnes comme chamais on afait autant bourré les urnes au pays des abrutis ! Ça aussi c'est une Férité qui déranche : une Férité qui NOUS déranche ! AHAHAHAHHAHAHAHA !!!
 

Si tout ça n'a rien à voir avec le sport, le sport n'a rien à voir avec la suite. Marcel ronronne en championnat et ne brille plus en C1. On dénote même quelques contamination au caca nerveux, chez Majax, l'entraîneur foireux qui ne supporte pas d'être qualifié d'entraîneur foireux, et chez Sy Sy la famille, qui ne veut pas voir son équipe de Noël perdre, tout simplement.


2020 fut un casse-tête pour à peu près tout le monde

C'est donc sans les Orchidoclastes - déjà sur le départ en 2019 - et sans l'ES Milloise que l'OM s'apprête à jouer un énième podium. Une entrée en matière mitigée, convaincante face à Stade Breizhou mais refroidie contre Federer, avant une longue série d'invincibilité. Le nouveau venu, Ironie, peine à convaincre pour sa première saison en Élite. En Ligue des Champions, Marcel se qualifie en quarts de finale sur le fil du rasoir, à la différence de buts avec l'AS Roma, et ne parvient pas à faire plier Milan en quart de finale (qui pliera nettement et logiquement au tour suivant contre Getals).

Rien que le championnat au programme, et c'est la dernière ligne droite à négocier. Ce sera brillamment validé en commençant par Morcenx-Bourg, et le titre est définitivement acquis à l'extérieur, face à Lyon, au terme d'une rencontre épique riche en buts. Menés 1-0, rejoints à 3-3, les olympiens achèvent la partie grâce à Pilou-Pilou.

 

 

 

Ajouter un commentaire