Saison XI

Coup d'envoi

24/06/2017

ILS SONT LÀ

Image

Ils sont là. Ce sont eux nos vrais ennemis. Puissants, organisés, habiles, déterminés. Vous les croisez dans les rues, dans les campagnes, ou sur la Toile. Bien souvent masqués ; aussi haineux que lâches. Vous les connaissez, le parti des agents du désastre, les instruments du pire... La ligue Élite Galandaise : elle est là.

Image

LIGUE DES CHAMPIONS

Eux aussi, ils sont là. Déterminés, habiles, organisés, puissants. Vous les croisez en championnat, dans les campagnes et en milieu de tableau. Bien souvent casqués ; aussi rageux que tâches. Vous les connaissez, les challengers de confédération 6, les agents de la haine... Le tour préliminaire de la Ligue des Champions : il est là.

Image

EN ROUTE POUR LA

Image

Ils sont là. Organisés, puissants, habiles, déterminés. Vous les croisez en World Cup, aux sommets de pyramide ou dans les palmarès défifoot. Bien souvent primés ; vous les connaissez, les équipes d'envergure internationale, les instruments de la gagne... Les clubs de la poule n°2 : ils sont là.

Adios Mammadov
Confédération 4 Élite Hoolantine
Entraîneur : Magicjuana

Image

Liberté
Confédération 2 Élite Hoolantine
Entraîneur : Juaj

Image

RFC DT
Confédération 3 Élite Galand
Entraîneur : Scolaires

Image

Et là-bas je vois quoi ?? Je vois des Galandais ! Je vois des Balonnistes ! Je vois des Hoolandais ! Je vois des Cornerriens ! Et ce que je veux, c'est que vous, tous, partout : vous les fassiez GAGNEEEEY !! PARCE QUE C'EST NOTRE PROJAAAAAY !!!!!! :grrr:

 Image

 Image

 Image

Revue des troupes

26/06/2017

SAISON XI
 
Entraîneur : Image Stand By Me
 

Alliance olympique

08/07/2017

VIVE LES MARIÉ(E)S !

Voilà l'été ! Les beaux jours sont là, et Dame Nature se met en branle aux clameurs de la saison des Amours. Et l'Olympique de Marcel n'a pas échappé au mouvement d'unification des individus en célébrant samedi 24 juin 2017, en marge de la Marche des fiertés mal cachées LGBTQSXRZ (Lesbiens, Gays, Bi, Trans, Quadripèdes, Sodomites, Xylophiles, Robocoposexuels et Zoophiles) aussi appelée Gay Pride, le premier mariage tripartite transgenre au monde. Une fierté pour le dernier lauréat de la Ligue des Champions, promouvant à sa manière la marche inéluctable vers le progrès joyeux de la tolérance pacifique et des plumes dans le qul. Le défenseur de 28 ans Olive Moumoute-Besancenot, le milieu de terrain de 34 ans capitaine de l'équipe, Éric Taddéï, et l'attaquant(e) de 32 ans Chiconta Wurzt se sont passés les bagues aux doigts en fin d'après-midi, entre deux tri-roulages de pelles, pour le meilleur et pour le pire.

Image
Ils se marièrent et achetèrent beaucoup d'enfants

Les trois heureux olympiens ont donc officialisé une intense complicité qui ne date pas d'hier. Taddéï, l'ancien du club, arrivé en décembre 2014, doté d'un palmarès gros comme sa verge (et vice versa), est littéralement tombé sous le charme de Chiconta, recruté(e) pour un montant record en mars 2015. Le milieu olympien, troublé à chaque entraînement, s'est juré de percer les mystères de son ou sa partenaire de jeux. Mais tout est chamboulé six mois plus tard, lorsqu'un jeune talent aux traits de rongeur fait perdre les pédales aux moyens de l'OM (et vice et versa). Et tandis que tous les phoques du pôle sportif viennent faire la cour au futur défenseur encore enfant, Moumoute-Besancenot vit une adolescence plus que marquante, tant pour l'esprit que pour le corps. Brutalisé par le caractériel Soral, fasciné par l'étonnant(e) Chiconta, cajolé par ses bienveillants formateurs, courtisé par le charmant Taddéï, le jeune olympien doit garder la tête froide et s'adapter à cet environnement extrêmement spécial, dicté par les rapports hiérarchiques et étouffé par le poids des enjeux économico-médiatiques.
Deux ans - et quelques centaines de scènes de vestiaires qui ne nous regardent pas - plus tard, les trois champions dévoilent leurs relations au grand public. A vrai dire, certains commentateurs avaient flairé le coup, les uns ayant capté une caresse un peu trop amicale sur coup de pied arrêté, les autres ayant trouvé Moumoute-Besancenot boiteux un dimanche matin à l'entraînement, signe assuré d'une blessure sur coup de queue arrêté.
Le lendemain de leur enterrement de vies de jeunes individus de sexe masculin, féminin ou ne se prononce pas, toute l'équipe a fêté l'évènement, remontant en barquette, tels de futurs Montaigne entre Tripoli et Lampedusa, les rives du canal de Marcel, saluant la foule en délire, aux rythmes de la traditionnelle Macarena Olympique, clin d'oeil au groupe de supporters Les Foireux, auteur du morceau musical. Sur une chorégraphie de l'entraîneur adjoint Kamel Ouali, les trois amoureux(ses) se sont déhanchés sur une danse endiablée, arborant leur kimono de noces aux couleurs du club.

Image
Un trousseau, trois trous sales.

Le défilé s'est ainsi poursuivi à travers la ville, continuant en autobus à impériale dans les rues acquises à la cause LGBTQSXRZ. Le périple a mené toute l'équipe jusqu'à l'officialisation du mariage en la Sacro-Sainte basilique de la Fistinière.
Entre ces murs chargés d'Histoire, seuls l'entourage des joueurs et une presse restreinte était tolérée pour la cérémonie. Le propriétaire des lieux, l'homme des glisses Jacky, a prononcé un discours très solennel qui restera dans les anales, avant de recevoir les trois intéressés en la Sainte Chapelle Fistine, où ils se sont dit oui... oui... oui... oh oui...
Un public encore plus restreint - test de dépistage à l'appui - était toléré pour le grand banquet de noces. Un banquet responsable où chacun a contribué à agrémenter les mets cuisinés de ses spécialités individuelles. A l'heure du dessert, les recruteurs d'enfants ont présenté avec plaisir leurs cadeaux de mariage, ce qui a redonné faim à tout le monde. Les marié(e)s, très généreux, après avoir fait taire leurs cadeaux dans la plus grande tradition des chasseurs du Galandois, n'ont pas manqué de partager leurs présents avec le reste de l'assemblée très enthousiaste.

Image
Puisqu'ils ont consenti tous trois au saint Mariage, et l’ont témoigné devant cette assemblée, je déclare qu’ils sont époux 1, époux 2 et époux 3, au nom du Père, et du Fist, et du Saint-Esprit. Amen.

Des projets pour l'avenir ? Le trio n'exclut pas de devenir un jour parent A, parent B et parent C d'un ou plusieurs gamins biberonnés dans l'enceinte de l'OM. Mais avant de s'accorder sur le montant d'un tel investissement, les trois compères préfèrent se concentrer sur leurs carrières respectives, ce qui est une sage décision.

LIGUE DES CHAMPIONS

Le tour préliminaire a rendu son verdict et c'est sans surprise que les quatre galandais en lice se qualifient pour la phase de poules. L'US Orléans passe aux tirs aux buts, et la sensation vient du FC Celuca qui se fait sortir par un petit poucet, le Borrusia Dortmund, inconnu jusqu'à présent dans cette compétition.

Image

Un outsider que l'on retrouve dans le groupe 1, en compagnie du FC Messe, de l'OM et des Algériens. Suspense.
On suivra avec intérêt les autres poules : Marseille Pathétique aux prises avec Getals, Le Sain et l'Olympique Beaujolais ; un groupe très homogène avec La Sallette, Wolfsburg et Arsenal ; le groupe de la mort avec le favori, l'OL de Matt, confronté à Loucat, Nilvert et Obiwan.

Image

Image

Image

Image

WORLD CUP

L'aventure s'arrête là pour Marcel en World Cup. Une certaine déception et un sentiment amer après trois prestations à la hauteur de l'évènement.
Un premier match contre Mammadov où le score est plus que généreux pour les nordistes, un nul ayant été plus logique en regard des statistiques de la rencontre, une victoire de Marcel ayant été méritée en regard des placements tactiques décidés.
Une belle victoire contre Juaj, qui restera comme le match de référence de l'éclosion du jeune Quasi Miro, attaquant de 21 ans déjà connu du public depuis deux saisons, signant en World Cup un triplé à lui tout seul.
Un superbe résultat gâché à la 91ème minute du dernier match, où le RFCDT arrache à la dernière seconde une victoire très discutable et sa qualification en huitième de finale...

Image

Nul doute que ces imposteurs n'atteindront jamais le dernier carré ; pour l'heure, le Mac FC est le dernier rescapé de confédération 6, Morcenx-Bourg et l'OL ayant été balayés sans demi-mesure dans leurs poules respectives. Mais le choc des huitièmes, c'est assurément le duel entre deux favoris : FC Liège / Hapoel Ginette.

Image

Souhaitons-nous, pour le mot de la fin, tout le bonheur du monde !

Bis repetita

25/07/2017
VIVE LES MARIÉ(E)S !
 
En cette saison des amours en tous genres, une nuit de noces peut en cacher une autre. Après l'union retentissante des trois olympiens Taddéï, Moumoute-Besancenot et Chiconta Wurzt, Cupidon a décoché une nouvelle flèche en direction des vestiaires de l'OM. Un Cupidon moderne, chaque fois plus inspiré, à l'avant-garde de la déconstruction des archaïques barrières morales réactionnaires intolérantes. Car ce mois-ci, le Progrès remporte une nouvelle bataille en inaugurant une véritable innovation familiale : le mariage du gardien de but Raphaël Tisserand et de sa cage Casalsport.
L'union, d'un style inédit, a été célébrée le 15 juillet dernier devant le maire libéral-démocrate de la ville, extrêmement ravi de lier son nom à un évènement aussi remarquable et novateur. La jeune Casalsport, sortie d'usine en 2011, a été habillée de ses filets de noces et portée par les témoins de mariage, l'attaquant Darren Houellebeck, actuel meilleur buteur du championnat, et le berger allemand Klose, mascotte des vigiles du club, ami d'enfance de Casalsport et partageant à l'époque tous ses besoins naturels.
 
Image
 
Méprisant les railleries d'un certain public rétrograde qu'il conviendra de rééduquer, toute l'équipe s'est jointe aux festivités. Le banquet fut entamé par le discours de Tisserand, rappelant l'intensité des liens entre lui et sa cage : "Tout a commencé un matin de septembre, lorsque je n'étais qu'un simple élève du centre de formation. Durant trois jours, ces cages sont restés inviolées ; ça m'a touché. J'ai compris que Casalsport, à l'inverse de moi, cherchait à préserver sa virginité en me faisant comprendre que nous étions faits l'un pour l'autre. [...] Ce n'est que quelques années plus tard que nous disputions notre premier match officiel. Et depuis, à chaque mi-temps, c'est un véritable déchirement. Les scènes de jalousie ne sont pas rares même si j'essaie de la raisonner, bien que j'aie moi-même passé l'éponge après son flirt avec Keke Reina."

Pour Houellebeck, ce mariage n'est que logique et prévisible : "Raphaël Tisserand est un gardien de but très talentueux, mais il a un énorme défaut : il est laid, particulièrement laid, tellement laid que son aspect rebute les femmes, les hommes et le reste du monde vivant. Des traits épais, grossiers, larges, déformés ; une peau luisante, acnéique sous une calvitie naissante ; qui plus est, sa conversation manque de finesse, de fantaisie et d'humour ; il n'a absolument aucun charme. Dans ces conditions, il est bien sûr terriblement frustré, mais qu'est-ce qu'on peut y faire ? Notre civilisation souffre d'épuisement vital, nous avons besoin d'aventure et d'érotisme, car nous avons besoin de nous entendre répéter que la vie est merveilleuse et excitante. Un orgueil irrationnel et borné l'avait toujours tenu loin des puttes, que nous autres fréquentons naturellement chaque semaine. En fait, il avait bien voulu essayer une fois, mais se faire réclamer 500% en sus du tarif standard avait été vécu par lui comme une humiliation irréparable et définitive. Il ne lui restait qu'à chercher l'attention d'un ami fidèle et affectueux : une voiture coûtant trop cher, un aspirateur faisant trop de bruit, Casalsport fut un choix sage et sincère. C'était ça ou se foutre en l'air. Une marche à suivre pour tous ces Raphaëls Tisserand, tristes et désorientés, qui peuplent ce bas monde, en attendant l'émergence de la robotique affective par réalité augmentée."
 
Un lien goal-cages qui s'illustre en championnat, où l'OM finit en tête du classement après neuf journées, avec la meilleure défense et la meilleure attaque. Marcel devance un peloton de sept équipes qui se tiennent en cinq points. Les Dragons Montois ont fait illusion en première partie de saison, avant de laisser passer les points au fur et à mesure, l'implication du coach Federer laissant toujours à désirer. Derrière, difficile de différencier qui que ce soit, même la Juventus se montre capable de viser le podium. La galère en revanche pour l'OGC Nissa et pour Deathdevil, dont le maintien est d'ores et déjà compromis.

 

Image

 

En Ligue des Champions, l'Olympique de Marcel parvient à sortir de sa poule et affronte pour la troisième fois consécutive Banksy en quarts de finale. Un nul très discutable 3-3 au match aller, l'OM devra s'imposer au retour, une mission périlleuse déjà réalisée par le passé, en Wordl Cup, lorsque Marcel s'était imposé 2-1 à la dernière seconde au Bysanteum, après avoir arraché le nul 5-5 à domicile six jours plus tôt.

 

Image
 
Wolfsburg, comme la saison passée, se qualifie par hasard, grâce à la démission d'Arsenal dans le troisième match du groupe 4. La Sallette fait les frais de cette petite farce ; et les touristes allemands s'inclinent sans surprise contre un FC Messe mort de faim, particulièrement euphorique de goûter enfin aux phases finales de Ligue des Champions, trop rares instants de lumière pour ce club peu habitué aux projecteurs de la scène confédérale. Un manque d'expérience qui va très certainement se faire ressentir en demi-finale, où le soutien de milliers de sous-doués ne devrait malheureusement pas suffire à ne pas déchanter.
On aura noté l'élimination légitime de Marseille Pathétique derrière Getals et l'Olympique Beaujolais. Ce dernier affronte l'OL en quarts, où demeure un infime espoir de créer l'exploit. Plus difficile par contre pour Nilvert, rescapé du groupe de la mort, dont l'aventure devrait s'arrêter là.

Vivement dimanche

12/08/2017

Bilan de la saison

14/08/2017

Juin 2017 - Août 2017 (dite "Saison XI")

 

CHAMPIONS MALGRÉ TOUT (3ème édition)

 

Image

 

En ces temps de troubles spirituels, on voit parfois des choses étonnantes.
Par exemple, figurez-vous qu'il existe des gens qui refusent de s'extasier devant l'existence du dieu Neymar - qui, avec ses apôtres Zahavi et Al-Khelaifi, selon le théorème de Bosman, réussit l'exploit de transformer 220M€ qataris en 220M€... qataris - et ce malgré l'incontournable sermont médiatique vantant les mérites de la créature bénie des cieux, véritable incarnation d'un libéralisme décomplexé, déconnant et décadent. Les experts sont formels : avec Saint-Neymar, le trou de la sécu sera comblé en 15 jours grâce aux droits télé et 500000 postes de vendeurs de maillots seront créés en une semaine ! Renversant, non ? Qu'importe, les mécréants seront vite convertis.
Plus incroyable encore, on trouve aussi des gens n'ayant aucune présence significative sur les rézossiociaux. Cette dernière catégorie de marginaux n'en est pas moins gangrenée par les moutons d'hier, survivance d'un glorieux passé de propagande cathodique à la Pujadas, aujourd'hui supplantés par les moutons tendance rézossiocial, plus portés sur la laïkicité et le selfion, plus modernes mais plus narcissiques aussi, donc plus kons et plus manipulables, et c'est bien là l'essentiel.
Moutons d'hier ou agneaux de demain, en démocratie, 20% d'imbéciles imposent leurs lubies à 80% d'endormis, Pareto oblige. De là, tous les miracles sont permis ; d'un Zeus-manuel Macron transformant Paris-poubelle en Paname-olympique, à l'Appolon-Neymar changeant Perdre-Sans-Gloire en champion d'Europe, il n'y a qu'un pas. Faut s'étonner de rien. Comprenez, faut bien donner son su-sucre au péquin consentant, et son obus dans la g.ueule au vilain Syrien qui file de travers. Faire rêver plus grand, c'est lancer de la poudre de perlimpimpin aux yeux du quidam pour mieux lui faire passer les vessies pour des lanternes. L'Olympique de Marcel, de son côté, est fier de rassembler tous ceux qui disent "non", laissant de côté un enfumage facile et rentable, préférant filer droit au bar, fidèle à sa devise.

 

Le retour des Dragons

 

C'est dans cette optique assoifée que Marcel remporte son quatrième championnat Élite Galand sous l'ère V7. Et ce ne fut pas une mince affaire. Ça commence plutôt mal avec une défaite purement tactique 2-0 à domicile contre l'incontournable Marseille Pathétique. L'OM persiste cependant dans le registre défensif, et ça paie sur une courte victoire 1-0 chez les Algériens. Mais au déplacement suivant, les olympiens affrontent des Dragons Montois requinqués, prêts à raviver leur splendeur d'antan. Marcel s'incline 2-1. S'ensuivent 10 journées d'invincibilité ; intraitable à domicile, solide contre Federer mais tenu en échec face à La Sallette, l'OM remonte le classement pour passer la trêve en pôle position avant de creuser l'écart sur des concurrents trop irréguliers. Avec 7 points d'écarts sur Marseille Pathétique à l'entame de la J14, éliminée des coupes, l'équipe n'a qu'une obsession : rester en tête jusqu'au bout.

 

Image

 

Un final sous pression : J18, objectif nul

 

Un objectif ambitieux, pas évident à tenir : premier faux-pas contre Morcenx-Bourg, Marcel s'incline 2-1 après un pénalty manqué de Chiconta Wurzt dans le dernier quart d'heure. Les trois points sont acquis à la J15 mais les poursuivants s'accrochent, dont Federer paré pour le sprint final. La seixième journée aurait pu être celle de la consécration, Morcenx-Bourg accrochant Marseille Pathétique à la 91ème minute (1-1) ; hélas, l'OM manque complètement son déplacement chez les Orchidoclastes en s'inclinant sur un très généreux 2-0. Statu quo en J17, le podium remporte ses matches : avec trois points d'écarts sur ses poursuivants, il suffit d'un point à Marcel, en duel contre Sita, pour être champion devant les Dragons Montois, ultra-favoris face au vacancier Nilvert.

 

Match de la saison
Championnat, 18ème journée
Marseille Pathétique - Olympique de Marcel
Score final : 0-2

 

Image

 

C'est l'affiche rêvée de tous les commentateurs, mais redoutée des joueurs de Marcel : l'OM affronte son rival à l'extérieur pour jouer le titre. Pour l'entraîneur, ce sont 72 heures de casse-tête tactique qui s'annoncent. Les réflexions et conseils contradictoires se succèdent, si bien que la stratégie finale n'est déterminée qu'à 4 heures du coup d'envoi du match. L'Olympique de Marcel adopte une posture très défensive dans une composition inédite jusqu'alors, seule la Juventus ayant expérimenté à deux reprises ce système, avec d'excellents résultats. Coaching gagnant : Marseille Pathétique, pas assez pressant, subit le réalisme olympien ; Nestor, lancé en profondeur par Chiconta Wurzt, lobe le gardien dès la 18ème minute. La citadelle de Marcel - 5 défenseurs couverts par 2 milieux défensifs - est peu inquiétée, et l'équipe peut exploser de joie lorsqu'à deux minutes de la fin, Dingo Trump efface le portier pathétique : 2-0, Marcel est champion ! :coupe1:

 

Image

 

Une saison particulièrement serrée. Hormis les deux promus qui n'ont quasiment jamais existé, le coeur du classement est resté tassé jusqu'en fin de saison, où la Sallette est parvenu à titiller le podium. Club Football Algérien, trop perfectible, se retrouve en barragiste ; quant à la Juventus, elle achève un beau parcours à égalité avec Loucat et Nilvert, hélas son attaque trop effacée la prive d'un tour préliminaire de Ligue des Champions.

Klose confirme la bonne forme des Dragons en totalisant 25 buts. Houellebeck peut avoir des regrets, lui qui était en tête des buteurs à la 15ème journée.

 

Image

 

Lacombe s'impose au classement anecdotique des passeurs devant Lato ; les olympiens Nestor et Faurisson totalisent 21 services à eux deux.

 

Image

 

En deuxième divison, sans surprise l'ES Milloise et le FC Carcajou prennent l'ascenseur pour l'Élite, Carcajou en tête avec une attaque prometteuse pour la suite. Stardust Inzenoze complète le podium mais ce sera très compliqué en match de barrage. A noter les relégations immédiates de Kerfri et de Fracamorda.

 

Image

 

LIGUE DES CHAMPIONS

 

Addition salée
 
Image

 

Grosse déception en Ligue des Champions, où Banksy n'a pas plié au match retour du quart de finale. L'OM peut avoir des regrets de ne pas avoir su maîtriser un adversaire à sa portée. Le nul 3-3 à l'aller, plus que généreux, a été fatal aux olympiens qui devront attendre la prochaine édition pour espérer se joindre à nouveau au carré final.

 

Image

 

Pas de renversement dans les autres rencontres. En demi-finale, l'imposture Banksy est révélée au grand jour avec une élimination sans concessions au profit de l'OL. Confrontations pleine de suspens dans l'autre match. 101|133 n'ayant plus joué les phases finales depuis sa dernière victoire en août 2016, Getals veut signer son retour dans la compétition, mais tombe sur un FC Messe en pleine réussite, et en pleine période euphorique.

 

Image

 

Il faut dire la troupe des Sous-doués ne tarit pas d'encouragements pour son idole depuis le début de la saison. Omniprésente, la groupie du roux Gui dépense en moyenne deux tubes de cirage par match. Et la brosse à reluire a bien chauffé ces derniers jours, avec cette première finale historique pour le club.

 

Image
#sparadrap

 

L'OL revanchard tient à récupérer sa couronne, accaparée en juin dernier par l'Olympique de Marcel. L'expérience a parlé pour ce dernier match, où les lyonnais remontent au score en deuxième période avant de s'imposer en prolongations. A l'occasion, Matt retrouve la parole pour célébrer sa victoire ; Guilerou, de son côté, devra retenter sa chance.

 

Image

 

WORLD CUP
(1 vainqueur, 31 imposteurs)

 

Image

 

A quelques jours de son départ à la retraite, sortie par la grande porte pour Flokk et sa Ginette, les roses fushias conservent leur trophée au terme d'une finale d'anthologie. 3-3 à l'issue du temps réglementaire, 4-4 après prolongations, les tirs aux buts sont fatals à l'équipe de Juaj, son successeur, auteur d'un parcours remarquable dans cette prestigieuse compétition. Marcel peut s'enorgueillir d'avoir battu 3-1 un potentiel champion du monde ; quant au RFCDT, l'imposture n'aura été évincée qu'en demi-finale, précisément par Juaj en personne.

 

UN JOUR, UN HOUELLEBECK

 

Image

 

Si le monde est composé de souffrance c'est parce qu'il est essentiellement libre. La souffrance est la conséquence nécessaire du libre jeu des parties du système. Vous devez le savoir, et le dire. Vous devez haïr la liberté de toutes vos forces.
Creusez les sujets dont personne ne veut entendre parler. L'envers du décor. Insistez sur la maladie, l'agonie, la laideur. Parlez de la mort, et de l'oubli. De la jalousie, de l'indifférence, de la frustration, de l'absence d'amour. Soyez abjects, vous serez vrais.
Lorsque vous susciterez chez les autres un mélange de pitié effrayée et de mépris, vous saurez que vous êtes sur la bonne voie. Vous pourrez commencer à écrire.

Ajouter un commentaire

 
×