Créer un site internet

Saison 19

Coup d'envoi

08/03/2014

:lux: . LET'S GET IT STARTED ! . :lux:

Le coup d'envoi de la saison vient d'être donné, nouveau calendrier, nouveaux enjeux et nouvelles équipes à affronter.
L'intersaison a été des plus stables au sein de l'Olympique de Marcel puisque l'effectif est exactement le même qu'en fin de saison dernière, et aucun départ à la retraite n'est prévu pour les deux saisons à venir. :D

Championnat : une hiérarchie plus ouverte ?

Le niveau théorique des clubs de Ligue 1, s'il est respecté, donne le Bonneuil FC ultra-favori pour dominer la compétition et conquérir le titre. Quatre des cinq meilleures équipes du championnat disputent la Ligue des Champions, la formation basque du Morcenx-Bourg parviendra-t-elle enfin à en profiter et à sortir du lot, elle qui depuis si longtemps peine à faire mieux que sixième au classement ? Quoi que l'on puisse dire, Pont-la-Roche 26-07 et le FC Kateur devrons être tactiquement exemplaires s'ils veulent asseoir de nouveau leur domination passée.

Et Marcel dans tout ça ? En étant régulier et en gérant correctement les rencontres chocs, une place en top 5, sinon mieux, semble tout à fait envisageable. mais restons prudents, car l'Excelsior AC, ex-finaliste de Coupe des Challengers, tout comme Final Fantasy X, ont déjà fait leurs preuves en première division.

Le championnat accueille également deux promus à prendre en considération : un revenant, le New York FC, en quête de reconnaissance et revanchard après sa relégation de décembre 2013 aux dépens de l'ES Milloise ; la qualité d'entraîneur du manager J-B - restant pour bon nombre de supporters olympiens à démontrer :aoz: - nous promet des matches très disputés ; la surprenante formation andalouse de Malaga, qui n'en finit plus d'étonner depuis deux saisons. Une montée parfaite en D2, de remarquables parcours en coupes, pour enfin remporter - devant des prétendants donnés favoris - le titre de champion de Ligue 2, tel est le curriculum du coach Juan. Une seule interrogation : l'effectif sera-t-il à la hauteur pour endurer la charge physique imposée par les trois compétitions à disputer, dont la fameuse Coupe des Challengers.

Ligue des Champions : Marcel est servi !

Qualifié pour la prestigieuse Ligue des Champions, l'OM comptait bien défier les meilleurs clubs de la confédération, mais espérait au moins figurer en quarts de finale.
Le tirage au sort n'a pas été franchement favorable, et il faudra jouer le groupe 4, qui comme chaque saison s'avère être le groupe de la mort... :shock:
On y retrouve le champion Cornerra et vainqueur de LDC, les indétrônables et redoutables Dragons Montois. Ajoutez à cela une vieille gloire de la confédération, j'ai nommé les Georgeliens d'Herveteckel, et complétez par une puissance montante venue de Galand : La Salette FC.
:arrow: Autant annoncer la couleur : ce sera TRÈS compliqué.
Il n'y a plus qu'à prier pour que ces trois rencontres ne tournent pas en totale Bérézina... :roll:

Les tirages ont été plus cléments pour le reste de la Hoolantine, notamment pour le FC Kateur qui part favori d'un groupe largement abordable. Pont-la-Roche devra faire preuve de sérieux, de rigueur et de maîtrise pour ne pas tomber dans le piège de l'élimination. Quant au Bonneuil FC, il ne devrait pas avoir trop de difficultés à atteindre les quarts de finale.

Sans plus tarder, direction vestiaires pour les uns :boxe: , tribunes pour les autres ! :sante:

Retour du succès

02/05/2014

:coupe1: * * * * * ENFIN ! * * * * * :coupe1:

C'est au terme d'une rencontre de prestige que l'OM s'adjuge une coupe Hoolantine qui le fuyait depuis tant d'années. On se souvient encore du goût amer qu'on laissé dans le cœur des supporters ces finales perdues, face au même Pont-la-Roche il y a six saisons, puis contre le New York FC l'été 2013, et enfin plus récemment la débâcle face au FC Kateur. Les échecs en championnat ainsi qu'en coupe des Challengers, souvent si près du but, laissaient à penser qu'une malédiction planait sur les épaules de Marcel. Si mauvais sort il y avait, il est désormais conjuré, pour le plus grand bonheur des milliers de fans qui ont toujours répondu présent dans les encouragement.

:om:

Retour sur l'épopée d'un modeste retour au sommet.

:arrow: L'aventure commence en 16èmes. Comme chaque saison, on croise les doigts pour espérer jouer un adversaire à notre portée. Le sort sourit à l'OM qui affrontera le petit club lorrain de Plappeville. Et le dominera largement 4 à 0, grâce au talent de jeunes recrues du centre de formation et notamment du jeune attaquant Cassio Fabio Cointreau qui marque à trois reprises. 8-)

:arrow: Les choses sérieuses débutent dès les huitièmes ; tandis que le FC Kateur est d'ores et déjà éliminé par les hommes d'un certain Serra, Marcel s'évite un gros choc mais doit en découdre avec un bon club de 2ème division, ex-pensionnaire de L1 : le Nissa Corsica du coach Fraca. Pas une mince affaire, d'autant que le petit risque a été pris d'aligner l'équipe A-prime. Le match est très fermé, et il faut attendre la 70ème minute pour que Guyindulo marque l'unique but de la partie.
De son côté, le Morcenx-Bourg crée la sensation en éliminant le Bonneuil FC après prolongations, grâce à une domination physique indiscutable sur une équipe francilienne bien éprouvée par la Ligue des Champions.

:arrow: Les quarts de finale sont tirés au sort, et aucun véritable choc n'aura lieu. Aucun choc, et aucune surprise ? Rien n'est moins sûr, mais effectivement, à l'instar de Pont-la-Roche et de Morcenx-Bourg, Marcel domine nettement son sujet contre Final Fantasy X - désormais en 15ème confédération (on en reparlera ;-) ) - on en retiendra le remarquable but du milieu défensif Kiloutou (but d'un MD, assez rare pour le signaler, preuve de l'expérience et de la maîtrise du joueur) sur une frappe de 20 mètres.
Excelsior AC domine sans briller, 1-0 contre Carcajou.

:arrow: Demi-finale en perspective, l'OM est attendu à Luxey-Bonnat pour y défier un Morcenx-Bourg écrasé quelques jours auparavant 4-0 à Marcel Boulet. La domination est sudiste et se concrétise juste avant la mi-temps avec l'ouverture du score de Cabotin. Morcenx-Bourg défend bien et égalise en deuxième période. C'est en prolongations que Guyindulo inscrit le but de la victoire pour Marcel, qui résistera jusqu'au coup de sifflet final aux assauts répétés - heureusement sans succès - de l'attaque basque. :sif:

En un soir de mai...

:arrow: L'Olympique de Marcel a donc rendez-vous en terrain neutre pour y affronter le quadruple vainqueur et tenant du titre de coupe Hoolantine : Pont-la-Roche 26-07. Même si le club a perdu de sa superbe d'antan, ne parvenant pas à battre Marcel cette saison, il n'en reste pas moins un habitué des grands rendez-vous (on se souvient des épopées en Ligue des Champions). L'OM et PLR ayant subi chacun de récents revers en championnat, on ne saurait donner de favori pour cette finale.
Un élément clé cependant : les absences de titulaires et cadres de la formation drômoise : Zidane et Matuidi, en récupération de leurs blessures.
Bref, c'est à une rencontre aussi tendue qu'indécise que vont assister les 36000 supporters olympiens venus faire le déplacement. Une inconnue demeure : Chris donnera-t-il pour consigne d'attaquer par le centre quitte à bouleverser les habitudes, ou par les ailes comme souvent, malgré les récentes contre-performances ? Une fois encore, c'est la tactique qui fera la différence... :-?

Pont-la-Roche domine très nettement l'entame de match. Première alerte à la 18ème minute et le sauvetage du bout des gants par Salengro d'une frappe de 3 mètres. Mais l'ouverture du score n'est pas évitée, 1-0 à la 31ème. :cry: Les duels sont âpres, mais la réussite sourit aux sudistes sur leur première action dangereuse : Vuillemain sert le sérial-buteur Cabotin, qui ne loupe pas la cible et égalise ! ! Nous sommes à la 43ème minute, et à la mi-temps, le moral remonte dans le camp olympien. :)
Tandis que les attaquants drômois ne cadrent pas leurs tirs, le milieu défensif de l'OM doit résister à la pression, et l'attaque se fait bien discrète. Discrète... mais TERRIBLEMENT efficace ! ! ! Servi par Artivhisk à 5 minutes de la fin du temps règlementaire, Alexandre Vuillemain nous gratifie d'un puissant tir de 19 mètres qui trompe Tulette ! Dans les tribunes, c'est l'explosion. (Boum) Le décompte est lancé, et on prie, on prie par-dessus tout pour que la malédiction du but de dernière seconde ne sévisse pas cette fois-ci. Le champagne reste dans les cartons, on s'interdit de jubiler. Coup de sifflet final. :bang:
La malédiction n'a pas sévi... Le champagne peut être mis au frais, le temps d'aller s'embrasser et serrer la pince du président François Groland (gnnééhhééééhhh), cette fois on est vainqueur, célébrons-le comme il se doit avant que le championnat ne reprenne ses droits. :fete:

La présentation du trophée au public. Le barbeuc' fait décidément bien trop de fumée ! ...

  La composition olympienne :

  La tactique de Pont-la-Roche :

L'embellie se confirme

05/05/2014

:om: * * * REBELOTE ! * * * :om:

Après sa brillante victoire en coupe Hoolantine, c'est un Olympique de Marcel euphorique et survolté qui s'est présenté en finale du Trophée des Fadas, compétition amicale réunissant une fois toutes les deux saisons 32 des 149 clubs de la célèbre Principauté des Fadas. Face à un adversaire redoutable, la réussite sourit une nouvelle fois à l'OM pour un dénouement des plus heureux. :coupe1:

Pastis par temps bleu...

Doit-on le rappeler, la Principauté n'a pas toujours été un modèle d'unité et encore moins de performance. La performance, après tout, ce n'est pas l'objectif proclamé d'un bon fada ; un Fada digne de ce nom, un vrai de vrai, lorsqu'il gagne, eh bien, c'est rarement de son plein gré... En revanche, l'unité... ça c'est important mon bon monsieur ! Car les promotions de Martini chez L'Hideur Price sont d'autant plus intéressantes qu'on est nombreux à l'apéro. Et comme le rappelle ce vieux dicton japonais de Draguignan : "plus on est de fadas, plus il y a de riz !". :chinois:

Toute la politique de la nation a donc du être repensée après la passation des pouvoirs - bien confuse par ailleurs - à l'actuel capitaine Babyluigi.
Des objectifs à longs termes ont été fixés, le principal étant la conquête du top 10 des nations de défifoot ; à moyen terme, il s'agit de re-dynamiser la Principauté au-delà du simple fait de remporter des succès en challenge.
Dans cet esprit fut instaurée la première édition du Trophée des Fadas en octobre 2013.

Même si l'Olympique de Marcel a délaissé depuis longtemps les matches de Challenges, préférant se focaliser sur les compétitions officielles, jouer ce trophée permet d'honorer comme il se doit l'ancienneté du club au sein des Fadas.
Éliminé en quarts par le futur vainqueur (Chartreuse Team), Marcel se voit attribuer le prix d'honneur de la compétition pour sa bonne humeur et son implication.
Tandis que la Principauté rejoint le 10ème rang du classement des nations, le Trophée est remis en jeu en janvier 2014, et une fois de plus, c'est le futur lauréat (La Ride Roisséenne) qui barre la route des Olympiens dès les huitièmes de finale.

Pour cette troisième participation, l'OM a bénéficié de tirages bien plus cléments, et entame les choses sérieuses en quarts de finale contre le FC Demars, avec la manière : victoire 4-1. La demi-finale se joue face au New FC Bob de Plawa, elle est parfaitement gérée malgré un score bien serré.
En coulisse, on goûte désormais aux privilèges réservés aux finalistes : accolades avec le président Babyluigi, interviews & conférences de presse, cocktails d'avant-match :sante: , femelles d'après-match... :oops:
Boosté par sa victoire en coupe Hoolantine suivi d'un retentissant succès en championnat, Marcel se présente contre plus fort que lui en ce soir du 03 mai, la fameuse formation des Gloires de Paris (original, n'est-ce pas ?) du manager Taulio. Grâce à un jeu tactique pertinent, et à la maladresse des attaquants adverses, nos chers sudistes ouvrent la marque en première période, et résistent bien malgré l'égalisation parisienne. On joue les prolongations, et la lumière vient de Blazé Guyindulo à la 95ème minute : 2-1, c'est le score final.

L'Olympique de Marcel sort vainqueur de cette édition, victoire partagée avec son attaquant vedette Alexandre Vuillemain, élu meilleur joueur du trophée grâce à son panache, ses 4 buts et ses 5 passes décisives. Blazé Guyindulo empoche quant à lui le titre de remplaçant de luxe, suite à un doublé et un but décisif, le dernier, celui de la victoire. Tout ceci n'est que le reflet, voire la confirmation d'une attaque olympienne mûre, complémentaire, mêlant fougue et expérience, qui se montre tout aussi efficace en match officiel.

Première victoire en coupe amicale depuis 2012, Marcel est proclamé Prince des Fadas, :roi: mais remettra bien entendu son titre en jeu dès de la prochaine édition !
;-)

Bilan de la saison

16/05/2014

Mars 2014 - Mai 2014 (dite "Saison 19")

Salut à tous ! Tandis qu'un calme olympien succède à nos récentes célébrations arrosées, et que le staff technique achève de dégriser :alcol: , le temps est venu de vous offrir le débriefing tant attendu de ces 10 dernières semaines !

CHAMPIONNAT

Saison record
Les 18 journées de la compétition sont longtemps restées indécises. Comme pressenti à l'aube du championnat, ce fut très disputé, et la saison a effectivement réservé son lot de surprises, bonnes pour les uns, mauvaises pour les autres. Quoi qu'il en soit, le classement est resté extrêmement serré, comme le montrent les différentes statistiques.
Dès l'entame des hostilités, nous avons droit aux traditionnelles surprises de début de saison, avec un Pont-la-Roche trébuchant sur le New York FC promu de deuxième division, puis sur l'Excelsior AC de Rasmus qui aura remporté ses quatre premiers matches d'une bien belle manière. Mais alors qu'une hiérarchie est censée s'imposer au fil des journées, c'est l'instabilité des figures de proue qui intrigue plus qu'autre chose... et fait les affaires du petit club de Malaga, déjà évoqué la saison passée pour son petit exploit en coupe Hoolantine, qui a régalé l'assistance plus que personne cette fois-ci.
Le plus petit budget et le plus petit NPA de L1 se hisse en finale de coupe des Challengers - malheureusement perdue 3 buts à 2 - et s'adjuge une 7ème place en Ligue 1 dont il n'a pas à rougir au vu de la proximité remarquable en termes de points en milieu de tableau.

Bref, aucune formation ne parvient réellement à tirer son épingle du jeu, si bien qu'au terme des 8 premières rencontres, les sept premiers se tiennent en 3 points seulement. Les favoris y sont, bien entendu, mais chacun peut espérer s'échapper à un moment ou à un autre. Et comme l'a déclaré Asder, entraîneur du FC Kateur : "Rasmus, stand et chris, attention, vous n'avez plus le droit qu'à un seul joker, il n'y a jamais eu de champion avec plus de 4 défaites !" A mi-saison, il ne pensait pas si bien dire... ;-)
Le parcours de Marcel est quant à lui moyennement satisfaisant, car malgré un succès à domicile face au Pont-la-Roche, il faut essuyer trois défaites consécutives, deux contre des prétendants au titre, et une autre face à Malaga. Marcel se ressaisit bien et profite des faux-pas des concurrents pour se positionner en peloton de tête - qui a déjà laché un certain FC Rouen, et un certain... New York FC.
Sur cette bonne dynamique, l'OM remporte une victoire cruciale à domicile, grâce à la "machine à marquer" Félix Cabotin, contre Bonnueil FC qui se retrouve alors en difficulté pour la conquête du titre en cette 11ème journée.
Mais ce succès est terni par 2 contre-performances : défaite sans appel face au FC Kateur, et nul contre Malaga, qui n'en finit plus d'étonner.
Rien de tel qu'une réception du new York FC pour se remettre dans de bons rails :) , une finale de coupe nationale pour booster le moral des troupes, et la voici la voilà, la bonne opération : 15ème journée, FC Kateur et Pont-la-Roche tenus en échec, l'OM gagne 3-0 contre l'Excelsior AC, et se rapproche de 4 points de la première place. Sait-on jamais...

Copie propre et sans bavures, ou presque
Cette fameuse première place est briguée par un FC Kateur en pleine ascension depuis déjà plusieurs saisons. On se souvient du triplé d'octobre 2013, de la régularité affichée dans les résultats, le club du coach Asder s'est invité cette saison en finale de Ligue des Champions (sa deuxième en trois saisons), malheureusement perdue 4-3 dans les dernières minutes de la partie. Les quelques contre-performances de la première partie de saison n'auront pas suffit à mettre en péril la quête du titre de champion, et il aurait fallu un adversaire un peu plus régulier et plus décisif pour passer devant.
Le FC Kateur remporte donc logiquement un championnat supplémentaire, avec "seulement" 41 points et 40 buts marqués (meilleure attaque). C'est le bilan comptable le plus faible de l'histoire de la L1 Hoolantine de la 45ème confédération. Doit-on l'attribuer à un niveau globalement en hausse des clubs de la Ligue, et des défenses en particulier ? C'est la vision optimiste de la chose, qu'on aurait tendance à partager tant les performances de la Hoolantine en compétitions confédérales s'avèrent satisfaisantes. :unanim:


Et pour en finir avec Marcel, récompensé par deux trophées, le club termine en roue libre, et s'octroie une deuxième place pas forcément méritée, mais bon après tout, les autres n'avaient qu'à faire mieux, pas vrai ?


Et les perdants dans l'affaire...
Si des formations comme Kateur ou Malaga ont plutôt brillé cette saisons, d'autres ont déçu, et non des moindres.
Prenons le cas du Bonneuil FC, meilleure équipe sur le papier, incapable de tenir la distance sur 18 journées. Une irrégularité qui se paie cher en Ligue des Champions, lorsqu'après avoir réalisé l'exploit de battre les Dragons Montois 2-0 en match aller de demi-finale, l'équipe s'incline 4-1 au retour. :-?

On passera rapidement sur le parcours déplorable du New York FC. Après leur collection de 12 défaites, le club du coach JB n'a plus sa place en L1 et va rétrograder - sans polémique possible cette fois ;) - en deuxième division. Et hop ! 'a dégajé ! :P

Enfin, le cas de Pont-la-Roche est assez remarquable : une saison noire pour cette ancienne gloire du championnat, avec une finale perdue en coupe Hoolantine, une demi-finale de Champion's League mal gérée contre le FC Kateur, et une cinquième place en championnat synonyme de non-qualification en Ligue des Champions (une première depuis l'ère des confédérations), à la faveur du Morcenx-Bourg de Loucat, qui obtient enfin un classement à l'image du niveau de l'effectif :) . On savait PLR en léger déclin depuis quelques mois, "on est rentré dans le rang" déclare désormais le manager Chris. Pour en ressortir plus fort encore ? A suivre...

Vous avez dit records ?
Le retour plus ou moins discret de Marcel vers le haut de l'affiche n'a pas laissé son fidèle public indifférent, et le pôle communication du club a bien travaillé pour oeuvrer à peupler les tribunes de Marcel Boulet, non pas en construisant des lofts avec vue sur pelouse Arrête de prendre tout ce que je dis au premier degré brdl !!, non, en remodelant d'anciennes travées assises et forts vétustes, pour les intégrer aux gradins "debout", repères habituels des kops de supporters n'hésitant pas à donner de la voix. :om: C'est ainsi que l'OM remporte le titre de club le plus suivi de la saison, avec un record établi lors de la dernière journée, en vendant plus de 72000 billets d'entrée au stade.

"Il y avait au départ quasiment deux fois plus de places assises que de places debout", explique Rémi Putt-Missoumize, directeur des infrastructures. "Ce ratio n'est plus adapté aux conjonctures actuelles, car c'est un public plus populaire, se sentant proche de l'image et des valeurs véhiculées par l'OM, qui est majoritaire. Nous avons donc favorisé leur emplacement dans les virages, proche du terrain et des buvettes. Nous pouvons maintenant acceuillir 34000 spectateurs debout à 1700T la place et 31000 assis à 1500T la place. C'est malhonnête ? Oui. Mais entre nous, on s'en bat les c***lles, non ?" 8-)

T'as bien raison Mi-mi ! Laissons ces sordides histoires de gros sous et revenons au sport.

Car l'attaque olympienne fut un exemple de complémentarité, toutes compétitions confondues (cf. l'article du trophée des fadas). Alexandre Vuillemain a fait parler son expérience d'attaquant, et a formé un duo de choc avec à la réception Félix Cabotin, enchaînant les buts.
Ce dernier termine meilleur buteur de L1, a égalité avec Gus Junior du Bonneuil FC, mais à la faveur de la jeunesse, se voit remettre ce titre honorifique. Il succède à Fiodor Illitch Popol, dernier olympien à l'avoir emporté. Blazé Guyindulo, moins souvent titulaire, a également fait trembler les filets à maintes reprises, il convient de lui rendre hommage ici. :fleurs:

Une belle tête de vainqueur
#Cabotin
#Médaille_d'or
#Martin_Fourcade
#Postérité

Alexandre Vuillemain, pour l'anecdote, est classé 3ème meilleur joueur de L1 par les analyses fines et pertinentes des spécialistes de l'hebdomadaire culturel Branle-Football. :mrgreen:

Chaises musicales
Un autre record sur cette dernière période : celui du changement d'entraîneurs lors d'une même saison. Tandis que Tacho avait claqué la porte de la confédération 45 sur la fin de championnat l'automne dernier, la frustration s'est de nouveau faite sentir en Hoolantine. Ça démarre dès la 1ère journée avec le départ de Serra, pourtant en pleine progression, qui laisse une place vacante, vite reprise par un club de niveau équivalent, le FC Rouen. Puis c'est le coach Vince du FC Igualada, formation emblématique de notre confédération, qui abandonne ses fonctions de manager. C'est l'équipe aux origines obscures du FC Sharks qui prend le relai, contrecarrant ainsi les plans tactiques de l'Excelsior AC... jusqu'à la 18ème journée, revirement de situation, le FC Sharks est à son tour hors-confédération 45, et un certain *Paris-Saint-Germain (le 592ème du nom... :roll: ) intègre la ligue.
Il va sans dire que de tels bouleversements, qui plus est sans même avoir la correction d'avertir les membres de la confédération, est déplorable, source d'instabilités voire d'injustice, et complètement absurde et obsolète à l'heure où les périodes des compétitions officielles ont été harmonisées pour l'ensemble de l'univers défifoot.
:evil:


Pourquoi ne pas limiter les changements de confédérations à 2 périodes bien distinctes : une semaine durant l'intersaison, et une semaine autour de la mi-saison ? Ou au moins prévenir les entraîneurs dix jours avant le changement effectif avec annonce du successeur, histoire de pouvoir anticiper les futures adaptations ?:hum:

Débat à suivre...

LIGUE DES CHAMPIONS

Ah oui, tiens, c'est vrai qu'on l'a jouée cette Ligue des Champions... mais c'est bien dommage, on a tout oublié !... ou presque tout... Tu te souviens de quoi toi, Jean-Mi ? Un groupe difficile ?... mouais.. :roll: des maillots rouges, noirs, bleus, qui couraient dans tous les sens avec un ballon qu'on n'a jamais touché... tout ça c'est pas très instructif, hein... ouais, attendons la prochaine qu'on prenne des photos histoire qu'on ait des choses à montrer au prochain coup ! C'est une bonne idée, ça ! Parce que là, c'est trou noir !!! :mrgreen:

MATCH DE LA SAISON

Coupe Hoolantine
Finale
Olympique de Marcel 2 - 1 Pont-la-Roche 26-07

On doit bien l'admettre, ce duel n'a pas été un des plus flamboyants de la saison, tant il a été rude et indécis. Mais par chauvinisme, et pour marquer le coup du 1er titre en 8 saisons, cette finale passe nécessairement devant tous les autres matches en termes d'issue mémorable...
Stats, tactique et résumé
en page précédente !

Bien les cocos, le temps est venu de vous laisser - pas pour très longtemps, ça va reprendre très vite - et on vous a concocté quelques surprises pour les jours à venir... #transferts #nelson_monfort #statistiques_canal+... ;-)

Ajouter un commentaire