Créer un site internet

Saison 15

Bilan de la saison

18/08/2013

Juin 2013 - Août 2013 (dite "Saison 15")

 

Suite à sa 8ème place en championnat, Marcel ne participe à aucune compétition internationale. Fort d'un effectif un peu vieillissant mais plein d'expérience, le club peut gérer sereinement le championnat et la coupe nationale, pour peut-être renouer avec l'élite la saison prochaine.
 

CHAMPIONNAT

Sans partage...
Rien n'arrête PONT-LA-ROCHE 26-07. Du moins, en championnat. L'OM en aura confirmation dès la première journée et une cuisante défaite 4-1 face au bulldozer Drômois. Sa domination est tout simplement époustouflante puisqu'il ne connaîtra qu'un seul match sans victoire, lors de la 16ème journée, le titre de champion étant alors largement acquis. On s'étonne encore de sa performance en finale de Ligue des Champions - défaite 3-0 face aux Georgeliens - une victoire qui lui aurait permis de représenter dignement et sérieusement la 45ème confédération en World Cup.

Lutter, trébucher, puis s'élancer...
En revanche, s'il y a un club qui a chaviré cette saison, c'est bien le promu, Olympiquee dee Marseeille (club néerlandais comme son nom l'indique :mrgreen: ). Marcel se refait une santé, pour ne pas dire plus, pour son premier match à domicile. Les joueurs de Marcel offrent un jeu exemplaire face à des Marseeilleux bien trop agressifs ; agressivité qui sera leur maître mot jusqu'à la dernière journée, et qu'ils paieront très cher avec seulement quatre petits points en 18 matches sans aucune victoire.
Après un match compliqué face à l'USB36, confirmation à domicile de nouveau puis déception contre le FC Kateur. Au lendemain d'un gros match de coupe remporté aux tirs au but face au PONT-LA-ROCHE, l'OM se fait dominer par le jeu dynamique du FC Igualada.
C'est à partir de la 8ème journée que l'ascension fulgurante de Marcel est entamée. Profitant d'un parcours plutôt clément en coupe nationale, et de la méforme de ses concurrents directs jouant en Ligue des Champions, le club évite les contre-performances au point d’écœurer ses adversaires : tandis que le match retour contre le Morcenx-Bourg est une démonstration, la 14ème journée est remportée contre Excelsior AC, avec un but à la 90ème minute.


Un coup du sort ?
A l'aube de la 17ème journée, Marcel est grand favori pour la 2ème place. Le match contre FC Igualada - une des meilleures attaques de L1 - sera la clé. Il se solde par un 0-0 des plus tendus ; Marcel a fait le boulot, mais rien n'est figé. FC Igualada ne parviendra pas à remporter les six points nécessaires à passer devant, malgré une bonne prestation face au champion. Quant à l'OM, il termine sa saison, certes en roue libre, mais en enchaînant deux inquiétantes défaites (6 buts encaissés en 2 matches), qui font du but de la 90minute de la J14 un cadeau de la providence sans lequel la place de dauphin n'aurait été qu'un mirage.
Une fin de saison en demi-teinte qui ne présage pas les meilleurs auspices pour la saison suivante, mais ne boudons pas notre plaisir : Marcel revient sur le devant de la scène en se qualifiant d'une bien belle manière pour la
Ligue des Champions, et fait oublier pour le moment les désillusions de la saison 14. :lux:

 

COUPE HOOLANTINE

'OM entame les 16èmes de finale par un tirage plutôt facile, un club de L2 en difficulté. Victoire sans bavure, avec la révélation d'un jeune attaquant de 20 ans, Kili-Kili, auteur d'un but et d'une passe décisive. Qualification, sans soucis, pour les huitièmes de finale.

Le tirage au sort est effectué. Stupeur dans l'assistance. Le prochain tour opposera Marcel, à domicile, contre l'éternel premier, l'invaincu, l'invincible
PONT-LA-ROCHE 26-07, dont l'OM fut le dauphin durant trois saisons. Le 12ème homme sera là (58000 supporters), mais il va falloir réaliser des prouesses - physiques pour les joueurs, tactiques pour l'entraîneur, mentales pour tous - pour ne pas se faire surprendre. Le coup d'envoi est donné, le choix a été fait d'attaquer par l'aile droite : quitte ou double. Match haché, physique, Marcel est véritablement mis à l'épreuve... lorsqu'à la 17ème, Popol ouvre le score !!! Dans les tribunes, c'est l'embrasement... l'équipe résiste de manière exemplaire, jusqu'à la 74ème et l'égalisation de Voller. On jouera les prolongations. Le jeu agressif de l'OM est un risque, mais les occasions se présentent, et non des moindres puisque PONT-LA-ROCHE concède le corner à 3 reprises. La séance de tirs aux buts se profile, inéluctablement. Aux gardiens de jouer, à présent. Salengro contre Tulette. Le premier à faire la différence a 26 ans, il arrête le troisième tir des vert-et-bleus. Puis Artivhisk crucifie Tulette. Explosion de joie. On est passé.
La suite de la compétition est plus aisée : un club modeste de L2 en quarts, victoire facile ; puis le match piège, la rencontre face au petit Poucet de L3, El Maestro FC, qui a précédemment éliminé deux L1. Match pénible, El Maestro se voit en finale jusqu'à la 72ème minute et la délivrance de Cabotin pour l'OM. Marcel ira en finale, l'occasion de décrocher un titre après 5 saisons de purgatoire.

:cry: //////// A 24 minutes d'un rêve... \\\\\\\\ :cry:
L'adversaire s'appelle New York FC. Entre son entraîneur, JB, et Stand by me, c'est la guerre des petites phrases, l'un ayant des réactions épidermiques face à la critique, l'autre en usant trop facilement. Sur le papier, Marcel est favori : une série de 7 victoires consécutives, 2ème du championnat, tombeur du PONT-LA-ROCHE. De son côté, NYFC intrigue : des résultats contrastés, 7ème du championnat. Pour cette finale, Stand by me fait le choix d'adapter son jeu à l'adversaire : bloc défensif très dense, jeu court vers le centre. Ça marchera... si JB joue comme à l'accoutumée.
Mais on est en finale. NYFC, en rouge et blanc, s'élancera en formation remaniée de A à Z pour l'occasion, face aux bleus azur de l'OM. Une tactique classique : jeu vers les ailes pour repiquer dans l'axe. Le verdict ne se fait pas attendre : ouverture du score rapide, puis deuxième but. Popol réduit heureusement le score, sur pénalty, juste avant la mi-temps. La deuxième période s'annonce tout aussi compliquée. Mais le dénouement est heureux pour Marcel : le jeune Cabotin égalise à la 85ème minute : 3 partout. Prolongations.
Les deux équipes, à bout de force, donnent le meilleur d'elles-même. C'est Mario Gotze qui aura le mot de la fin : 97ème minute, 4 à 3. Ce sera le score final, et une énième finale perdue pour l'OM, qui devra donc, pour la Ligue des Champions, batailler en championnat.

            Kiloutou à la lutte. La détresse de Kapot, qui jouait un des cinq derniers matches de sa carrière.

 

MATCH DE LA SAISON


Après délibération entre entraîneurs, supporters et journalistes, c'est le huitième de finale de la coupe Hoolantine qui a été désigné comme celui ayant procuré le plus d'émotions, même s'il ne marque pas particulièrement un tournant quelconque dans la saison. C'est une des trois seules rencontres qui auront échappé au PONT-LA-ROCHE 26-07 sur un total de 28 matches officiels. Un match tendu sans être un feu d'artifice, mais une bonne surprise à la clé. On retiendra surtout la performance physique et mentale de 120 minutes.
Données non sauvegardées et perdues à jamais... désolé... :cry:

Ajouter un commentaire